Augmentation de salaire:Mettez toutes les chances de votre côté

La période des entretiens annuels qui débute est souvent l'occasion de demander une revalorisation salariale. Il y a quelques bonnes pratiques à connaître. EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

Début janvier, c'est la période des vœux, des galettes des rois, mais aussi des entretiens annuels au sein des entreprises. Des rendez-vous pas toujours faciles à appréhender pour les salariés. "Des études en neurosciences montrent que, pour le cerveau, l'entretien annuel d'évaluation, ça fait exactement le même effet que si on croisait un tigre dans la rue. Ça engendre des réactions de peur de la critique éventuelle", explique au micro d'Europe 1 Audrey Akoun, psychothérapeute et consultante en entreprise.

Ce stress est d'autant plus fort que ce rendez-vous est souvent l'occasion de parler salaires et d'évoquer une augmentation. Avant, pendant, et après l'entretien, et avec l'aide de notre spécialiste, Europe 1 vous aide à adopter la bonne conduite pour faire votre demande et augmenter vos chances d'obtenir satisfaction.



AVANT

Se renseigner d'abord sur les pratiques de son entreprise

Il y a presque autant de façons de demander une augmentation que d'entreprises. Presque, car l'entretien annuel demeure un rendez-vous privilégié. Pourquoi ? Parce que votre manager s'attend à un moment d'échange, y compris sur cette question, ce qui ne sera peut-être pas le cas à un autre moment dans l'année. Mais il peut être utile, en fonction des usages qui ont cours dans votre entreprise, d'avertir votre hiérarchie en amont. C'est une question de principe, mais pas seulement. Les augmentations de salaires peuvent être décidées avant la date de votre entretien annuel.

Se renseigner (aussi) sur ce que vous pouvez demander

Demander une augmentation, cela exige du bon sens et un peu de connaissances. Du bon sens, car il ne s'agit pas de demander des augmentations tout le temps ou à contre-temps, si vous sortez d'un exercice difficile ou si votre entreprise connaît des difficultés financières, par exemple. Des connaissances, aussi, sur ce qui se pratique au sein de votre entreprise. Il ne faut pas demander 10 ou 15% de hausse quand votre entreprise a l'habitude de pratiquer des augmentations de 5%. Autre éléments intéressants à connaître, les offres d'emploi disponibles dans votre secteur d'activité ou encore les grilles de salaires pratiquées. Celles-ci figurent dans des conventions disponibles sur Internet. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de vos représentants syndicaux.

Il peut être fort utile aussi d'apporter (et donc de préparer) des éléments chiffrés sur votre travail en lui-même : ventes, économies réalisées, heures supplémentaires effectuées, évolution des missions, etc. Ces éléments tangibles sont primordiaux dans la préparation de l'entretien, au même titre que le document que votre manager ou la direction des ressources humaines vous a remis en amont, avec le déroulement de l'entretien. Il est donc formellement déconseillé d'arriver à un entretien annuel les mains dans les poches…

Arriver détendu et serein

Se retrouver seul(e) avec son manager, cela peut avoir un côté intimidant. D'où la nécessité de préparer sa tête, mais aussi son corps. "Il s'agit de ne pas se laisser envahir par les émotions", insiste Audrey Akoun. "Se concentrer sur sa respiration, ça permet d'appréhender son angoisse et son stress pour en faire des alliés. Cela permet d'arriver à l'entretien serein, et être ainsi en capacité d'argumenter et de réfléchir correctement sans se laisser submerger par des émotions qui pourraient être bloquantes." Et la question des salaires est un sujet qui cristallise beaucoup d'émotions…


PENDANT

Exprimer clairement sa demande

Il ne faut pas culpabiliser de demander une augmentation. Pourquoi ? Parce que, généralement, personne ne le fera pour vous, y compris votre manager. Mais comment le faire en bonne et due forme ? "Il n'y a pas de manière subtile de l'amener", selon notre spécialiste. "Moi, je pense au contraire qu'il faut être très simple, très direct dans sa demande. Et ne pas y aller par quatre chemins." Mais en suivant le bon, quand même.

Valoriser son travail et ses résultats

Et le bon chemin, c'est d'appuyer sa demande. Une augmentation n'est pas un dû. L'argumentation, elle, est une obligation. C'est là où la préparation de votre entretien va vous servir. "L'entretien d'évaluation, c'est la possibilité de faire le point sur l'année écoulée. Il ne faut pas hésiter à mettre en avant son travail. Il y a beaucoup de gens qui ont tendance à minimiser ce qu'ils ont fait", rappelle Audrey Akoun. "Il ne faut pas hésiter, sans en rajouter, mais de manière objective et factuelle, à montrer ce qu'on a réalisé, à donner des faits, sur notre ancienneté, sur ce qu'on a réussi à faire pour l'entreprise, etc." C'est là où vous pouvez arguer d'un comportement exemplaire (vous ne comptez pas vos heures, vous soutenez les plus jeunes, vous participez à la bonne ambiance dans l'entreprise…) ou encore évoquer le coût de la vie, ou éventuellement l'absence de prime de participation ou d'intéressement.

Sur son site, l'association pour l'emploi des cadres (Apec) - mais cela vaut aussi pour des postes d'autre nature - résume ainsi les "trois leviers pour motiver une augmentation" : "les compétences que vous avez mobilisées et leurs éventuelles progressions pendant l'année écoulée, appuyé de faits concrets", "l'atteinte de vos objectifs, que vous prouverez tout en mettant en avant les moyens que vous avez mis en œuvre" et "l'aboutissement d'une mission exceptionnelle qui a induit un investissement spécifique".

Penser aussi aux alternatives à l'augmentation de salaire

Quand vous ne pouvez pas prétendre à une augmentation (parce que vous en avez obtenu une trop récemment), mais que vous voulez malgré tout voir votre travail et votre engagement récompensés, des alternatives existent : la prime exceptionnelle, l'aide matérielle, l'aménagement horaire ou encore le changement de statut. Car, dans l'entreprise comme ailleurs, l'argent ne fait pas (toujours) le bonheur. "Il faut, le cas échéant, exprimer son besoin d'évoluer", insiste Audrey Akoun. "Soit ça passe par une augmentation financière, soit ça passe par un changement de statut. Il y a des études qui prouvent que le statut (monter dans la hiérarchie, avoir plus d'autonomie) donne encore plus de satisfaction qu'une simple augmentation de salaire au même niveau de responsabilité ou au même niveau de tâche."

Éviter le chantage

Un écueil est absolument à éviter : le chantage. Il ne s'agit pas de mettre son départ dans la balance. Cela ne pourra que freiner votre progression dans l'entreprise, le manager perdant alors toute confiance en vous.


APRÈS

Ne pas s'énerver

Demander une augmentation ne signifie pas avoir une réponse tout de suite. La plupart du temps, votre manager va réserver sa réponse, en attendant la validation par la direction des ressources humaines. Mais il peut évidemment vous dire qu'il vous soutient, ou non, dans votre démarche. Si tel n'est pas le cas, essayez de comprendre pourquoi il ne la soutient pas. Vous braquer lors de l'entretien ne peut jamais être une bonne solution. Mais le danger d'une tension autour des salaires est tel que certaines entreprises préfèrent dissocier clairement l'entretien annuel et les questions de rémunération.

Ne pas désespérer

Demander une augmentation ne signifie pas l'avoir, tout court. Ou l'avoir au niveau espéré. "Il faut exprimer son besoin, mais si ce n'est pas possible cette fois, ça ne veut pas dire qu'il ne faudra pas recommencer l'année prochaine", souligne Audrey Akoun. "Et il ne faudra pas avoir peur de redemander." Selon notre spécialiste, il est important aussi de ne pas se reposer seulement sur cet entretien annuel. "C'est comme la Saint-Valentin, il ne faut pas attendre un jour dans l'année pour faire le point sur sa relation de couple", sourit-elle.

Éventuellement chercher un travail ailleurs…

Enfin, il reste une dernière solution, selon la psychothérapeute que nous avons interrogée : "la solution de se mettre en quête d'un autre travail où nos talents seront rémunérés à leur juste valeur". "Et quand je dis juste, je dis juste par rapport à la politique de l'entreprise, à la dynamique salariale et par rapport au manager d'en face." Le juste prix, voilà donc ce qu'il faut savoir trouver.

Par Nicolas Rouyer avec Hélène Terzian

0 vue
  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
Contact

© 2019 by Audrey Akoun